Interview de Pascal Rassat dirigeant du cabinet CITICA à Toulouse

Le télétravail nécessite une relation de confiance

Interview de Pascal Rassat dirigeant du cabinet CITICA

La France compte désormais plus de 4 millions de télétravailleurs réguliers. Télétravail, coworking en tiers lieux…, le travail à distance gagne du terrain dans le Tarn. Quels sont les avantages et les inconvénients de ce nouveau mode d’organisation ? Quels sont les espaces pour travailler ?

Interview de Pascal Rassat du cabinet CITICA

 

Comment expliquez-vous cet essor du cowoking et du télétravail ?

Il existe plusieurs facteurs. Tout d’abord, le développement du haut débit et des technologies de la mobilité (smartphones, cloud…) a constitué un terreau favorable. Ensuite, le cadre juridique s’est clarifié en 2012 avec les lois Warsman et Sauvadet. La première introduit le télétravail dans le code du Travail et la seconde l’officialise pour le secteur public. Les questions de mobilité et les difficultés de circulation autour des bassins d’emploi aux heures de pointe ont aussi, sans doute, constitué un facteur encourageant. Enfin, on a constaté une augmentation des signatures d’accords dans les grandes entreprises en 2009 lors de la crise pandémique (H1N1).

 

Quelle est la situation en Midi-Pyrénées ?

Midi-Pyrénées est historiquement une région particulièrement active en matière de création de tiers-lieux. Il en existe aujourd’hui une quarantaine, télécentres ou espaces de coworking. Les entreprises ont aussi lancé des expérimentations. On peut citer : Thales Alenia Space, Berger Levrault dans le privé ; la DREAL Midi-Pyrénées, Pôle Emploi dans le secteur public. La liste est loin d’être exhaustive.

 

Quels sont les avantages pour les entreprises et les salariés ?

Le télétravail permet une vraie relation gagnant / gagnant pour les deux parties. Les salariés cherchent généralement à limiter leurs trajets et travailler dans un plus grand confort. Le télétravail permet aussi un gain substantiel en pouvoir d’achat. Les avantages pour les entreprises sont aussi nombreux : on constate une augmentation de la productivité pour les télétravailleurs. Celle-ci s’explique facilement : le télétravail permet une plus grande concentration qu’au bureau et le salarié travaille plus vite. Au-delà, le télétravail a aussi un impact positif par exemple sur l’autonomie du salarié, mais aussi sur les questions de stress au travail.

 

Quelques recommandations pour sa mise en oeuvre…

Le télétravail doit d’abord s’appuyer sur un double volontariat : celui du salarié et de son encadrant. Cela nécessite aussi qu’une relation de confiance se soit installée entre les deux parties. En France, on parle de télétravail pendulaire, c’est-à-dire pratiqué sur une alternance entre le bureau classique et le lieu de télétravail. Généralement la base est de 1 à 3 jours en télétravail et le reste du temps au bureau. Le télétravail peut permettre d’envisager autrement le travail en adaptant notamment le mode d’organisation du service, en optimisant les réunions de préparation en amont et aussi en revoyant, pour l’encadrant, ses méthodes d’évaluation.

COWORK’IN TARN, premier réseau tarnais du travail collaboratif et du télétravail

COWORK’IN TARN, coworking et télétravail au coeur du Tarn

Le réseau des tiers lieux tarnais du télétravail, du coworking et du travail nomade

 

Ces dernières années, la multiplication de travailleurs indépendants, travailleurs nomades, salariés ou télé-travailleurs a donné naissance au co-working. Ces espaces, partagés, génèrent une nouvelle forme de travail, basée sur la collaboration, l’échange et la coopération.

Porté par ce mouvement de fond et l’expansion des nouvelles technologies, le coworking s’installe dans le Tarn. Fédérés par la CCI du Tarn sous la bannière Cowork’in Tarn, 7 tiers lieux, privés, publics ou associatif, répartis sur l’ensemble du département reçoivent ces travailleurs.

Emplacement de travail type openspace, liaison très haut débit avec branchement filaire ou wifi, accueil physique, espace de convivialité et parking… Régis par une charte, les tiers lieux garantissent un certain nombre de services complété par l’offre spécifique de chacun d’eux comme la location de salle, la visioconférence…

Ce nouveau type d’espaces de travail maillant le territoire représente une véritable opportunité de rencontres, d’échanges et de créativité. Tout en rompant avec son isolement, les chefs d’entreprises, les salariés et les porteurs de projets, pourront assurer du télétravail et du coworking en toute simplicité et avec la plus grande efficacité.

Et ils seront assurés de se créer un réseau et de s’entourer de compétences mobilisables en fonction des projets. Pour tester ces nouveaux espaces et ces nouvelles pratiques professionnelles Cowork’in Tarn offre une journée découverte à tous les nouveaux venus.

 7 lieux tiers pour vous accueillir : L’Arobase de castres, Buro Club à Albi, Le C@pitole à Mazamet, le Centre Bradford à Aussillon, ITmédia2 à Castres, la Communauté de commune Centre Tarn à Réalmont, la Grappe by Granilia à Gaillac.

 

Vidéo de promotion de Cowork’in Tarn tournée à Buroclub à Terssac

Le coworking donne l’envie d’entreprendre !

Interview d’Edouard Forzy, co-Président de La Mêlée :ED2013« Le coworking donne l’envie d’entreprendre ! »

La Cantine Toulouse a été créée en 2012 à l’initiative de Toulouse Métropole et est animée par l’association du numérique en Midi-Pyrénées, La Mêlée. Entretien avec son co-Président, Edouard Forzy.

 

La Cantine Toulouse a fêté son deuxième anniversaire cet automne 2014 : quel constat tirez-vous et quels sont les axes de développement qui se dégagent dans le domaine du coworking et des services qui peuvent être rendus aux utilisateurs ?

Edouard Forzy : Le premier constat est que la Cantine Toulouse est un succès parce que l’endroit répondait à une attente forte, qui consiste tout simplement au besoin de disposer d’un espace de travail situé en ville qui permette un brassage important des acteurs économiques. Au cours de sa deuxième année d’existence, la Cantine Toulouse a accueillis plus de 20 000 personnes, depuis des porteurs de projets jusqu’aux plus grandes entreprises. Mais au-delà de la satisfaction d’avoir atteint ce chiffre, il y a celle d’avoir permis aux utilisateurs de se rencontrer, d’échanger, de nouer des partenariats et, au final, de donner naissance à des entreprises et de créer des emplois. Le coworking donne envie d’entreprendre ! Que le coworking conduise au développement de nouveaux services est donc une suite logique : les porteurs de projets ont besoin d’être accompagnés et conseillés. Nous avons commencé à développer ce type de services sous la bannière « Coworking + » : on y trouve et on y trouvera les prestations qui constituent une forme de « kit de survie de l’entrepreneur », ainsi que des formules d’aide spécifiques pour les « étudiants-entrepreneurs ». C’est une tendance forte de l’évolution du coworking : faire le lien entre le projet et la naissance de l’entreprise.

 

Le Tarn créé son propre réseau de co-working.  Quelles sont les raisons qui vous ont amené à parrainer cette initiative ?

Edouard Forzy : La principale raison est que La Mêlée souhaite jouer un rôle moteur dans la montée en puissance du travail collaboratif sur l’ensemble des territoires. Elle peut le faire en partageant le savoir-faire que l’association s’est forgé avec l’animation de la Cantine Toulouse depuis plus de deux ans, sans oublier le rôle qu’elle a depuis 14 ans dans le développement de l’écosystème numérique local ou l’expérience acquise au sein du réseau national des Cantines.

 

Avec votre expérience, que pensez-vous de cette démarche ?

Edouard Forzy : Je pense qu’il est essentiel d’arriver à un bon maillage du territoire. En démarrant avec 7 espaces de coworking sur le département et en passant à 8 dès 2015, le Tarn propose d’emblée une offre forte, qui plus est avec un tarif unique. Cowork’in Tarn va ainsi permettre aux utilisateurs de passer d’un tiers lieu à l’autre. C’est un enjeu fort pour tous les départements car le télétravail est un gisement formidable pour le travail et l’emploi. C’est également une dynamique enthousiasmante, qui s’inscrit dans une montée en puissance à l’échelle nationale qui ne laisse pas d’impressionner : le premier tiers lieu a été créé en France en 2008 et le cap des 200 a été franchi cette année. Dans ce contexte, le Tarn va avoir une part de voix importante.

 

Lien vers le site de la mêlée numérique : http://www.meleenumerique.com/

Pourquoi se mettre au coworking ?

Coworking : mode d’emploi

Après San Francisco en 2005, et Paris en 2008, les espaces de coworking se multiplient. Actuellement, ils sont plus de 200 en France. Ces lieux de travail partagés accueillent travailleurs indépendants, travailleurs nomades, salariés ou télé-travailleurs. Ils garantissent à ces professionnels des espaces d’échanges, de partage, l’occasion de rencontres. Ces nouvelles formes de travail expérimentent la coopération, le développement d’outils communs et la participation à une dynamique de projets et permettent de développer des atouts pour l’entreprise.

 

Pour en savoir plus sur le sujet consultez l’article ci-dessous :

http://alternatives.blog.lemonde.fr/2014/09/11/le-coworking-setend-partout-en-france-les-raisons-de-sy-mettre/